« La destinée, la mort et moi, comment j’ai conjuré le sort » S.G. Browne

Coucou à tous. Je pense repasser sur des notes de blog plus régulières mais moins longues où je parlerai seulement d’un ouvrage à chaque fois, n’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire les petits loups.

J’ai découvert en ce début d’année une toute nouvelle maison  d’éditions Agullo avec le titre « La destinée, la mort et moi, comment j’ai conjuré le sort » de S.G. Browne.

Un roman très décalé, bourré d’humour noir.

Sergio est un immortel, il est le Sort. Celui-ci depuis plus de 25 000 ans sur Terre, gère ses     humains pour leur permettre des choix plus intelligents que ceux qu’ils ont prévu de faire. Sergio va être perturbé lorsqu’il va croiser le chemin de Sara, une humaine qui dégage une aura bien particulière, dont il va tomber fou amoureux. Malheureusement l’amour entre immortel et mortelle est interdit et Sergio devra cacher sa véritable nature à sa petite amie.

Un roman très drôle complètement fou, que l’on dévore de bout en bout et où les immortels sont tout aussi paumés que les humains.

Agullo éditions est une maison à suivre avec des couvertures intrigantes et une maquette qui sort de l’ordinaire pour chacun de ses ouvrages.

J’ai trois autres titres en attente dont je vous parlerai dans les jours à venir, un essai sur l’amour de la lecture, un roman sympathique sur un robot et un thriller psychologique addictif.

 

Ce que vous avez pu rater en 2016

Pour débuter cette nouvelle année 2017 j’ai pris la décision de me relancer un peu dans mon blog et donc à tous et à toutes je vous souhaite une année riche en découverte de pépites littéraires, plongez dans ces mondes où vous serez absorbés et ne pourrez plus en ressortir.

Faute de temps je n’ai pas pris le temps de vous parler fin 2016 de trois petits bijoux que j’ai pu lire.

Le premier est   » Cabossé » de Benoit Philippon, un roman noir édité chez Gallimard Série Noire.

C’est l’histoire de Roy qui est né avec une sale gueule. Un jour Roy décide de s’inscrire sur un site de rencontre et découvre la charmante Guillemette. Guillemette l’invite alors chez lui et cette petite pépétte va tomber sous le charme de Roy. Mais Guillemette n’a pas côtoyé que des gentils gars avant Roy et lorsqu’ils vont croiser le chemin de Xavier l’un des vilains ex de la luciole fêlée, Roy va voir rouge et laisser la bête en lui sortir de ses gonds. Roy et Guillemette devront alors fuir tels des Bonnie and Clyde modernes, pour pouvoir vivre leur amour comme ils le veulent.

Le second est un ovni littéraire « Watership Down » de Richard Adams chez Monsieur Toussaint Louverture.

Un jour au sein d’un terrier, Fyveer un lapin ayant des dons de prémonitions, annonce à ses amis qu’il faut qu’ils quittent vite leur terrier, il sent une grosse menace poindre.

Commence une aventure folle pour toute cette troupe, qui va tenter de se réinstaller ailleurs, mais n’y arrivera pas si facilement.

Un roman d’aventures qui fait songer à Walking Dead chez les lapins, une tension qui monte peu à peu, des guerres de territoire et la survie sont au cœur de ce roman totalement fou.

Enfin le troisième est un roman de science-fiction, « L’espace d’un an » de Becky Chambers édité chez l’Atalante.

Rosemary est une  jeune greffière, humaine, tout juste diplômée, qui vient d’être embauchée à bord du Voyageur. Au sein de ce vaisseau, humains et aliens travaillent et vivent ensemble et forment une grande famille. Le voyageur est un vaisseau qui creuse des tunnels dans l’espace entre différents trous noirs. Ashby le capitaine va accepter un contrat d’une ampleur plus importante que d’habitude.

Un roman qui rappelle « Les gardiens de la galaxie », avec ce côté rock and roll et bourré d’humour. Un roman vraiment chouette et plaisant à lire.

Pour cette année 2016 j’ai donc lu et pris des notes pour 43 ouvrages sans compter les bandes dessinées et mangas. On tente la même voire plus pour 2017 !

Et vous, vos dernières découvertes ?

Rentrée littéraire 2016 : « Station Eleven », »En douce » et « Le bal mécanique »

Encore quelques jours de vacances pour moi, mais j’ai pu lire déjà quelques bons titres de cette rentrée durant le mois d’août.

Trois titres dans des genres complètement différents mais vraiment à découvrir.

b1d9a15217d75cfd13ed7948e4cbc235

« Station Eleven » de Emily St John Mandel chez Rivages :

41pjgnn6lvl-_sx210_

Arthur meurt le soir de la représentation du roi Lear à Toronto, sur scène. Jeevan qui est venu assister à la pièce, tente de le réanimer, malheureusement Arthur ne survivra pas. Jeevan décide alors de ne pas rentrer tout de suite chez lui et apprend alors qu’une épidémie de grippe de Georgie déferle sur toute la ville.

Un tas de personnages vont se croiser par la suite, 20 ans après, 5 ans avant, et tout ceci de façon aléatoire. Telle une série télévisée, on dévore ce roman haletant qui nous plonge dans une épidémie mondiale.

« En douce » de Marin Ledun chez Ombres Noires :

1540-1

Âmes sensibles oubliez ce livre !

Emilie a décidé que ce soir, le 14 juillet, elle coucherait avec Simon. Danse sensuelle, pauses lascives, tout ceci provoque ce qu’elle souhaite. Mais Emilie a un autre objectif car Simon suite à un accident de voiture où il a percuté Emilie 4 ans auparavant, lui a fait perdre une jambe et a fait somber sa vie dans un enfer. Aujourd’hui Emilie a décidé qu’elle lui ferait payer pour toutes les injustices qu’elle a pu subir…

Roman noir qui nous embarque dans une spirale de violence, un roman inlâchable.

« Le bal mécanique » de Yannick Grannec chez Anne Carrière :

ob_399a37_le-bal-mecanique

Carl est un peintre oublié qui vit reclus dans le sud de la France. De l’autre côté de l’océan se trouve son fils Josh Shors animateur à Chicago d’une émission de téléréalité. Carl apprend que  sa vraie mère n’est pas celle qu’il pensait. Celui-ci est le fils de Madga Grenzberg étudiante en architecture au Bauhaus au moment de la seconde  guerre-mondiale. Le père de Magda est Theodor Grenzberg marchand d’art opportuniste qui a su repérer les artistes qui deviendront des grands noms. Le parrain de Magda n’est autre que Paul Klee, grand artiste de l’époque et professeur au Bauhaus.

Sur un siècle nous suivons l’histoire de toute une famille et découvrons le monde des artistes du Bauhaus. Un roman saga prenant où comme dans son roman précédent « La déesse des petites victoires », on apprend énormément de choses sur le milieu de l’art à cette époque, tout en se laissant porter par la saga familiale.

Etant en vacances, j’ai décidé de lire pour me changer les idées, des livres que je n’ai jamais le temps de lire, actuellement je devore « Miss Peregrine et les enfants particuliers » de Ranson Riggs en attendant de découvrir l’adaptation au cinéma de Tim Burton, c’est un vrai plaisir et je savoure chaque page de ce livre.

miss_peregrine_ransom-riggs-allez-vous-faire-lire

Et vous, avez-vous lu des choses de la rentrée ? Ou des choses moins récentes qui vous ont énormément plu ?

b45bf997be1124bfd0b7dce3a9e96f3e

 

 

 

 

Trois lectures à lire sur la plage cet été !

Après ce gros silence radio me voilà de retour avec trois coups de cœur plutôt noirs pour la plage.

a3b9af4e55b598b98cebe89a6827a400

Le premier est « La dernière nuit à Tremore Beach » de Mikel Santiago :

1540-1

Peter Harper vit isolé sur la côte, dans la petite ville irlandaise de Cleubburan. Un soir celui-ci part dîner chez ses voisins Léo et Marie, mais en partant de chez lui, il entend une voix qui lui dit : « Ne part pas, reste chez toi ». Peter affronte alors la tempête et part dîner chez ses amis. Malheureusement sur le chemin du retour celui-ci va être foudroyé.  Peter survit mais à partir de là rien ne va plus pour lui !

Un roman noir, fantastique captivant qui nous embarque en Irlande et fait monter une pression folle autour de Peter. Un roman captivant !

Le second roman est un gros gros coup de cœur aussi, « Tout n’est pas perdu » de Wendy Walker.

Couverture-Roman-Walker-Tout-Pas-Perdu

Jenny Kramer, une jeune lycéenne a été violé lors d’une soirée. Celle-ci a alors fait l’objet d’un traitement post-dramatique pour lui faire oublier cet événement traumatisant. Mais Jenny va présenter des troubles inquiétants qui vont l’amener,  elle ainsi que ses parents Tom et Charlotte, à consulter le psychiatre Alan Warner.  Jenny va alors se remémorer cette terrible soirée au travers de stimulis sensoriels.

Un polar psychologique qui m’a rappelé « Les apparences » de Gillian Flynn, que l’on dévore à toute vitesse.

Et pour finir « Une île bien tranquille » de Pascale Dietrich :

1540-1 (1)

Edelweiss apprend que son père est décédé suite à une chute mortelle à la pointe du Rat. Edelweiss retourne alors sur la petite île de Trevedic, au large de Brest où elle a grandit et retrouve  ses habitants mais qui sont tous plus ou moins étranges. Edelweiss pense que la mort de son père n’était pas accidentelle malgré le fait que tout le monde lui soutienne le contraire. Edelweiss découvre des choses étranges : des balles de tennis avec des têtes de mort se trouvent dans le jardin de son père, son père possédait une énorme fortune ainsi qu’énormément de terrains sur l’île malgré une vie plutôt simple…

Un court roman surprenant qui plonge dans le noir peu à peu mais tout en gardant un filet d’humour. Un texte sympathique à découvrir.

ca65c1237c1744d137d10f614e57f46d

Et alors quelles lectures allez-vous donc emmener cet été ? Et où partez-vous d’ailleurs ?

Bel été à tous et belles lectures !